Leiko

http://images.imagehotel.net/f907626131.gif
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Deuxième histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
dilla
très populaire
très populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 441
Age : 24
Localisation : Par icii... Non, plus loin...
Emploi : Rentière =)
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Deuxième histoire   Sam 22 Sep - 9:51

Et voilà, voilà. Mais à mon avis je vais la laisser tomber en cours de route pale

Chapitre 1 :

La jeune fille fixa le miroir devant elle et passa une main dans ses longs cheveux. Aujourd’hui, ils étaient bruns. Son visage semblait plus pâle encore que d’habitude et ses yeux gonflés et rougis d’avoir tant pleuré. Elle ne se souvenait même plus d’avoir versé des larmes. Être triste, c’est une chose, mais l’être sans savoir seulement pourquoi, c’en est une autre, et bien pire. Elle respira plus fort. Le bruit de son souffle l’empêchait de s’affoler. Qui était-elle, exactement ? Cette question lui revenait sans cesse à l’esprit. Elle se sentait lasse, fatiguée. Tout ça n’était pas réel. Tout ça ne pouvait pas être réel. C’était un peu comme un très long cauchemar… Tellement long qu’elle se ne souvenait même plus quand il avait commencé. Mais y avait-il eu un commencement ? Et surtout, y aurait-il une fin ? Elle ne savait pas, elle ne savait plus… L’avait-elle su et le saurait-elle un jour ? Son cœur gonflé de tristesse s’agrémenta d’incompréhension. Au moins comprenait-elle ce sentiment.
Elle secoua la tête et se concentra de nouveau sur le miroir. Son reflet était l’image d’une jeune fille brune échevelée, aux traits tirés et aux longs cils noirs parsemés de minuscules larmes argentées. Pourquoi, mais pourquoi avait-elle pleuré ? Peut-être en avait-elle eu assez de cette double… non triple… cette multiple, pour être tout à fait exact, vie. Elle devenait sans cesse quelqu'un d'autre, qu’elle soit rousse ou blonde, petite ou grande, grosse ou maigre, jamais elle ne parvenait à reconnaître ne serait-ce qu’un centimètre de sa peau. Ce cauchemar sans fin, elle le vivait à chaque instant. Mais le pire, c’était ses trous de mémoire. Elle se réveillait sans pouvoir se souvenir de ce qu’elle avait pu seulement entreprendre avant de se retrouver dans ce corps. Tout ce qu’elle savait en ouvrant les yeux, c’est qu’elle ne parviendrait pas à se reconnaître et que le cauchemar se poursuivait. Elle avait perdu la notion du temps depuis longtemps, et surtout son espoir de retrouver sa vie d’avant, sa vraie vie. C’était lointain, mais elle savait qu’elle en avait déjà eu une.
Elle soupira. Combien de temps allait-elle garder ce corps ? Ca non plus, elle ne pouvait pas le savoir. Cela variait, allant de quelques minutes à plusieurs heures, voire plusieurs jours… Elle plissa les yeux, essayant de se rappeler sa plus grande limite, mais… c’était inutile. Ses trous de mémoire la reprenaient chaque fois qu’elle faisait un effort pour se rappeler quelque chose dans le passé.
Elle n’osait pas jeter un œil dans la pièce où elle se trouvait. Assumer son nouveau visage lui suffisait amplement… pour le moment, en tout cas.
De légers pas se firent entendre derrière la porte. La jeune fille se raidit. Qui allait-elle découvrir ? Ses prétendus parents ? Ou autres ? C’était toujours si difficile pour elle d’accepter ces inconnus comme un de ses proches… Leur parler comme si elle les avait connus depuis toujours alors qu’intérieurement, elle se posait mille et une questions à leur sujet. S’il y avait une chose qu’elle gardait toujours dans ses voyages corporels, c’était bien son caractère, à la fois réservé et enflammé.
La porte s’ouvrit doucement, et une femme de trente ou quarante ans apparut dans l’entrebâillement. Ses cheveux blonds roux retombaient sur ses minces épaules et ses yeux très bleus étaient précédés de sourcils d’un noir totalement en contradiction avec le reste. Curieux mélange de couleurs. Elle semblait triste, elle aussi. Des larmes brillaient encore sur ses joues.
- Alors… toi aussi tu as appris la nouvelle, renifla-t-elle. Il était tellement courageux… Oh… j’aurais voulu t’épargner ça…
La tristesse de la jeune fille la reprit, submergeant tout autre sentiment égaré. Et elle comprit : cet homme dont cette femme parlait, il était mort. D’ailleurs, en se regardant de plus près, elle remarqua ses habits sombres. Une larme roula sur sa joue. Elle ne le connaissait pas, mais c’était comme si. La femme la prit dans ses bras. Elle n’éprouva aucun malaise de l’étreinte de cette inconnue. Elle était bien trop occupée à pleurer. Pleurer… Pleurer… Mais pour qui, au juste ?


Dernière édition par le Mer 26 Sep - 12:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astuces-acww.skyrock.com
dilla
très populaire
très populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 441
Age : 24
Localisation : Par icii... Non, plus loin...
Emploi : Rentière =)
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Deuxième histoire   Mer 26 Sep - 12:41

Désolée pour avoir mis si longtemps à l'écrire, mais j'ai écrit peu à peu et tout recommencé, alors bon... ^^

Chapitre 2 :

Peu à peu, son identité s’était établie, comme une forme noire qui, quand on la regarde de plus près, devient subitement nette. Pourtant, certains contours restaient encore flous. N’empêche qu’elle savait à présent le principal. Son prénom, tout d’abord, très important car faisant partie d’elle-même. Sophie. Il faut dire qu’il ne lui déplaisait pas. Sa date de naissance lui était encore inconnue, mais elle connaissait son âge approximatif : 13 ans quelque chose.
Elle s’était déjà attachée à sa nouvelle mère, mais détestait les moments où celle-ci lui parlait de « son pauvre père mort dans tout son courage ». Elle ressentait toujours cette mystérieuse tristesse au plus profond de son cœur, comme un énorme vide et ne se l’expliquait d’ailleurs toujours pas. Cet homme qu’elle n’avait même pas connu… Un policier tué en plein travail. Sur ce point, Sophie n’était pas d’accord avec sa mère. Elle aurait plutôt rangé ce décès dans la rubrique « stupide » que « courageuse ». De son avis, un policier ne devrait jamais être tué en plein travail. Si on le paye, c’est pour qu’il sauve des gens, pas pour qu’il se laisse bêtement tuer.
Elle haussa les épaules et jeta un coup d’œil autour d’elle. Elle se trouvait dans le salon, allongée dans son fauteuil préféré, le plus profond de la pièce, à tel point que quand elle s’y enfonçait, elle avait l’impression de rejoindre un autre pays, celui uniquement formé de cuir et de cette délicieuse odeur qu’ont les nouveaux meubles. C’était d’ailleurs pour ça qu’elle le préférait à tous les autres. Quand elle y disparaissait, les idées les plus folles lui venaient…
Et si elle allait trouver sa mère et lui avouait carrément que jusqu’au jour où elle était venue dans sa chambre pour pleurer son père mort, elle ne l’avait jamais vue de sa vie ?
Et si elle inventait une histoire comme quoi elle aurait eu un accident de voiture et était, depuis ce temps-là, complètement amnésique ? Bien sûr, elle ne lui dirait pas directement, elle lui laisserait juste deviner.
Ou alors, elle lui expliquerait tout, du début à la fin. Et bien entendu, elle n’en croirait pas un mot. Sophie elle-même… Elle se sentait plongée dans un rêve cauchemardesque qui refusait de laisser place à la réalité. Cette réalité qui avait souvent le défaut d’être par trop terre à terre. Pourtant, en ce moment précis, c’était exactement ce que la jeune fille rêvait de retrouver.
Avec un soupir, elle se dégagea lentement de ce monde moelleux et fixa avec humeur l’énorme horloge accrochée au mur qui égrenait lentement et patiemment ses longues minutes. Elle n’aimait pas tout ce qui était lié au temps. C’était un peu son ennemi numéro un, celui qui l’accompagnait dans tous ses voyages et semblait pourtant si lointain… Pourquoi fallait-il toujours qu’il ne s’arrête pas de tourner ? Un « stop » aurait suffi pour qu’elle quitte ce cauchemar et reprenne sa vie normale… Elle se força à détourner les yeux de l’horloge et fit quelques pas dans la pièce. Combien de temps, déjà, qu’elle était dans sa nouvelle peau ? Une semaine. Ce n’était pas énorme, et pourtant… Mais que faire ? L’idée de tout raconter à sa mère s’était depuis longtemps envolée. Et puis, elle avait tout de même d’autres soucis que les problèmes tarabiscotés d’une fille qui prétendrait ne jamais l’avoir vu de sa vie… Elle était encore en train de réfléchir à la question, quand une tête blonde fit son entrée dans la salle.
- Bonjour, ma chérie. Bien dormi ?
Sophie acquiesça en silence. En vérité, elle n’avait pas fermé l’œil de toute la nuit. Mais sa mère était bien trop préoccupée pour remarquer les cernes qui soulignaient ses grands yeux noirs.
- Ah ! au fait. Nous allons accueillir dans l’après-midi un jeune garçon de ton âge. Je compte sur toi pour l’accueillir de ton mieux.
- Un garçon ? répéta Sophie, un rien de contrariété dans la voix.
- Oui. Mon frère doit faire un quelconque voyage et il m’a demandé de s’occuper de lui.
- Mon cousin, donc ?
- C’est ça. Je dois sortir, je te laisse. Je rentrerai vers 13h30, il sera peut-être déjà arrivé. N’oublie pas de donner à manger au chat !
Elle adressa un sourire distrait à sa fille, puis disparut par la porte d’entrée. La jeune fille réfléchit aux conséquences de l’arrivée de ce garçon. Déjà, elle espérait qu’il ne serait pas trop petit. Sa mère avait bien précisé « qu’il était de son âge », mais dans l’état où elle était, il aurait très bien pu avoir trois, quatre ans sans que ça n’étonne une seconde Sophie.
Son cousin ?... Peut-être, lui, ne la reconnaîtrait-il pas. Enfin, si, c’était évident. Elle était dans la peau de cette Sophie, à présent.
L’horloge annonçait 8h40. La jeune fille étouffa un bâillement. Si, au moins, elle pouvait dormir normalement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astuces-acww.skyrock.com
 
Deuxième histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Leiko :: Lire et écrire :: Ecriture-
Sauter vers: